Arrêt cardiaque

Arrêt cardiaque

Prévention des risques liés à l'arrêt cardiaque


Homme ou femme, jeune ou ancien, sportif du dimanche ou athlète de haut niveau, tout le monde est concerné par l’arrêt cardiaque. Ce problème au niveau du cœur peut toucher n’importe qui, n’importe quand. Face à une personne en arrêt cardiaque, trois mots importants à retenir : alerter, masser, défibriller. Comment éviter l’arrêt cardiaque ? Comment réagir en cas d’accident ? Découvrez tous les conseils de prévention des sapeurs-pompiers !

LE SAVIEZ-VOUS ?
- Chaque année, 2 millions de personnes sont victimes d’un malaise cardiaque et 40.000 meurent suite à ce malaise ;
- 7 fois sur 10, ces accidents surviennent devant témoin ;
- Seulement 20% de ces témoins sont formés aux gestes de premier secours ;
- La France est équipée d'environ 100.000 défibrillateurs, ils sont mis à disposition du public. De nombreuses applications permettent de géolocaliser les défibrillateurs ;
- 5% des personnes victimes d’un arrêt cardiaque sont sauvées. Dans les pays équipés en défibrillateur, ce taux atteint les 15%.

Chiffres :
- Fédération française de cardiologie : www.fedecardio.org
- AED MAP / Le bon samaritain : www.aedmap.org

ASTUCE
Lorsqu’une personne est victime d’un arrêt cardiaque : 1 minute gagnée, c’est 10% de chance de survie supplémentaire… ALORS ALERTER LE 112-18, MASSER, DEFIBRILLER !

Comment éviter de subir un arrêt cardiaque ?


Être attentifs aux signes d’alerte
Une forte douleur dans la poitrine ? À plusieurs reprises ? Cessent-elles au repos ? Ce sont des signes d’alerte qu’il ne faut pas ignorer.
Une douleur thoracique ne doit jamais être négligée, surtout si elle :
- Est répétée et cesse au repos ;
- Semble profonde et située au centre du thorax ;
- Est accompagnée de sueurs et d’essoufflements ;
- Est angoissante ;

Il faut agir avant que le malaise ne survienne. Réagir dès les premiers signes
En cas de douleur dans la poitrine, suite à un effort ou non, il faut :
- Se mettre au repos ;
- Consulter un médecin pour bénéficier d’un avis médical ;
Ou prévenir les secours en composant le 18, le 112 ou le 15.

Comment réagir en tant que témoin d’une personne en arrêt cardiaque ?


Lorsqu’une personne est en arrêt cardiaque, il faut agir le plus vite possible.
Trois étapes à retenir :
- Alerter : Appeler ou faire appeler immédiatement les secours en composant le 18 ou le 112.
- Masser : Pratiquer un massage cardiaque sur la victime pour maintenir l’irrigation de son cerveau en oxygène jusqu’à l’arrivée des secours.
- Défibriller : Utiliser un défibrillateur dès que possible : Simple d’utilisation, il donne les consignes à suivre que même un enfant peut exécuter ; il ne représente aucun danger : ni pour la victime, ni pour l'utilisateur ; il y en a dans de nombreux lieux publics (cinéma, restaurants, trains, rues, etc).

LA SOLUTION
Faire la formation des gestes qui sauvent !
- Être attentif aux signes d’alerte
- Réagir dès les premiers signes
- ALERTER
- MASSER
- DÉFIBRILLER

LE SAVIEZ-VOUS ?
- Vous pouvez vous former aux gestes de premiers secours dès l’âge de 10 ans.
- Plusieurs cessions sont organisées chaque année par l’union départementale des sapeus-pompiers.
- Vous trouverez toutes les informations nécessaires et dossiers d’inscription sur notre site : formations aux gestes qui sauvent.