Accident de la circulation

Accident de la circulation

Prévention des risques d’accident de la circulation.
 

TOUS LES CONSEILS DE NOS SAPEURS-POMPIERS
Que vous soyez au volant d’une voiture, au guidon d’une moto, d’un scooter, d’un vélo ou encore à pied, la vitesse, l’alcool, la fatigue, le téléphone, sont autant de danger auxquels faire face chaque jour. Pour éviter au mieux de se mettre ou de mettre les autres usagers de la route en danger, de bons réflexes sont à adopter. En cas d’accident, retenez trois mots essentiels : protéger, alerter, secourir. Comment éviter l’accident de circulation ? Comment réagir en cas d’accident ? Découvrez tous les conseils de prévention des sapeurs-pompiers !

LE SAVIEZ-VOUS ?
L’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) fait état de 3.488 décès en 2018 sur les routes de France (métropolitaine et outre-mer). Cela représente 196 décès de moins qu'en 2017, soit une baisse de 5,3%.

Chiffres : bilan de la sécurité routière 2018 – ONISR

Comment éviter l’accident de circulation ?
 

ASTUCE
- Rester concentré sur la route
- Prendre ses précautions
- Faire usage du gilet de sécurité et du triangle de signalisation
- Être courtois au volant et conduire sûrement et sereinement
- Anticiper le comportement des autres véhicules sur la route

Rester concentré sur la route
Pour être en pleine possession de vos moyens et garder votre concentration sur la route, respectez scrupuleusement le code de la route et suivez nos conseils :
- Evitez de boire de l’alcool avant de prendre le volant.
- N’utilisez pas votre téléphone, que ce soit pour envoyer un message, consulter Internet ou décrocher : même en kit mains-libres, votre attention est davantage focalisée sur la conversation que sur votre conduite, et vous risquez un accrochage. De même, garez-vous avant de manipuler votre GPS : le temps de régler votre itinéraire, vous ne regardez pas la route.
- Si vous prenez des médicaments, faites attention aux pictogrammes présents sur les boîtes : certains traitements peuvent comporter des risques pour la conduite.
- Faites une pause au moins toutes les deux heures, et si vous ressentez de la fatigue, n’hésitez pas à vous arrêter pour faire une sieste : la somnolence multiplie par 8 le risque d’accidents !

Prendre ses précautions
Avant de prendre le volant, n’hésitez pas à appliquer les précautions suivantes :
- Prendre garde aux prévisions météorologiques et aux conditions de circulation.
- Équiper le véhicule en fonction de la saison (adapter les pneus en hiver).
- Avoir une lampe de poche qui fonctionne dans la voiture en cas de problème la nuit.
- S’équiper d’une trousse de secours (couverture de survie, compresses, ciseaux, etc.).
- Faire régulièrement le tour de la voiture pour vérifier l’état des niveaux (huile, liquide de refroidissement, freins, lave-vitre…), la pression et l’usure des pneus (y compris la roue de secours !), les éclairages (phares, feux de croisement, clignotants…) et l’état des essuie-glaces.

Le gilet de sécurité et le triangle de signalisation sont obligatoires !
Il est obligatoire d’avoir un gilet de sécurité dans la voiture à portée de main et un triangle de pré-signalisation dans le coffre ! Si vous vous arrêtez, n’oubliez pas d’enfiler votre gilet jaune avant de sortir de votre véhicule, et de placer le triangle au moins 150 mètres avant l’accident.

La courtoisie au volant, un facteur de sécurité sur la route


La courtoisie au volant, ce n’est pas seulement une question de politesse, mais aussi de sécurité. Les incivilités sur la route se traduisent souvent par des comportements dangereux, susceptibles de provoquer des accidents. Gardez votre calme et restez courtois : les conditions de circulation s’en verront améliorées.

Conduire sûrement et sereinement


Voici quelques principes à appliquer pour une conduite plus sereine :
- Rester calme : rien ne sert de vous énerver à cause d’un embouteillage, d’un usager qui semble chercher son chemin ou de tout autre imprévu sur la route. Perdre le contrôle de vous-même, c’est risquer de perdre le contrôle de votre véhicule.
- Ne pas oublier les clignotants : cela peut vous sembler évident, mais de nombreux automobilistes ne l’utilisent pas pour signaler un changement de direction ou une sortie de place de stationnement, parfois par simple fainéantise. Ne faites pas la même erreur et pensez toujours à signaler aux autres usagers de la route dans quelle direction vous allez.
- Vérifier les angles morts : lorsque vous vous déportez pour doubler un véhicule ou que vous entrez dans un rond-point, assurez-vous qu’aucune voiture ou aucun deux-roues ne se situe dans votre angle mort.
- Respecter les distances de sécurité : en cas de freinage d’urgence, vous risqueriez de percuter le véhicule qui vous précède si vous roulez trop près de lui. Si vous doublez, ne vous rabattez pas en « queue de poisson », c’est-à-dire trop près devant le véhicule dépassé : cette attitude a tendance à exaspérer les usagers.
- Stationner sur les places appropriées : ne vous garez pas sur les passages piétons, sur la bande d’arrêt d’urgence ou sur des voies destinées aux secours (pompiers…), ni sur une piste cyclable, ce qui contraindrait les cyclistes à se déporter et se mettre en danger.
- Circulez dans votre voie : n’empruntez pas les voies de bus en ville, restez sur la voie de droite sur autoroute si vous ne doublez pas… Rouler au mauvais endroit peut surprendre les autres usagers et causer des accidents.

Anticiper le comportement des autres usagers de la route


L’anticipation est un des maîtres mots sur la route : il faut toujours essayer d’anticiper les réactions et éventuelles erreurs des autres usagers, les changements de revêtement, les courbes et virages…  Voici quelques exemples de questions à se poser :
- Une voiture a une plaque d’immatriculation étrangère : son conducteur a-t-il l’habitude des routes françaises ?
- Il pleut et un cycliste évolue le long de la route : voit-il suffisamment bien ou risque-t-il de glisser ou faire un écart ?
- Des enfants courent sur le trottoir : vont-ils traverser sans regarder ?
- Le véhicule devant roule très lentement : va-t-il s’arrêter ou changer de direction sans mettre le clignotant ?

De manière générale, il faut toujours prendre en compte tous les usagers avec qui vous partagez la route et essayer d’imaginer ce qu’il peut se passer dans les secondes à venir. Ainsi, vous vous ferez moins surprendre et pourrez réagir plus sereinement.

LE SAVIEZ-VOUS ?
La sécurité de vos enfants en voiture : un enfant meurt chaque semaine sur les routes. Dans 60% des cas, il est mal attaché, si ce n'est pas attaché du tout. En conséquence, les sapeurs-pompiers du SDIS 78 et Renault, partenaire officiel de la FNSPF, ont réalisé un tutoriel vidéo de sensibilisation au choix et à l'installation d'un siège auto adapté à chaque enfant.

Comment bien réagir en cas d’accident de la circulation ?


LA SOLUTION
En cas d’accident, trois mots essentiels sont à retenir : protéger, alerter, secourir.

Protéger
Sur route ou sur autoroute :
- Allumer les feux de détresse dès le ralentissement ;
- Se garer avec prudence sur la bande d'arrêt d'urgence pour porter assistance à quelqu'un. Attention : il est important d’éviter qu’un accident supplémentaire survienne et de ne pas gêner l’arrivée des secours ;
- Équiper tous les passagers avec les gilets jaunes de sécurité ;
- Mettre les passagers à l'abri à l'extérieur du véhicule, en sortant par les portières les moins exposées au danger, et se placer derrière les barrières de sécurité si elles existent, ou loin de la chaussée ;
- Sur route, baliser l'accident par un triangle à 30 mètres minimum et ce dans les deux sens de circulation, s'il est possible de le faire en toute sécurité (densité de circulation, visibilité, etc.) ;
- La nuit, éclairer les véhicules accidentés à l’aide des feux de route des autres véhicules présents ;
- Interdire de fumer à proximité des véhicules accidentés pour éviter un incendie ;
- Conserver la fluidité du trafic lorsqu'un accident survient sur la voie en sens inverse. Ne pas ralentir pour regarder.

Pour les véhicules accidentés
- Couper le contact de tous les véhicules ;
- Débrancher la batterie car des étincelles peuvent provoquer un incendie ;
- Caler les véhicules en cas d'instabilité (passer une vitesse ou serrer le frein à main).

Alerter
Alerter les secours le plus rapidement possible. Chaque minute compte ! Toujours prévenir les secours en composant le 18 ou le 112 depuis un téléphone fixe ou mobile. Sur l’autoroute, les voies rapides et les tunnels, des bornes d’appel d’urgence sont placées tous les 2km et sont disponibles 24h/24. Elles vous permettent d’être mis en relation avec le poste de contrôle de sécurité. L’appel est gratuit et géo-localisé.
Ne jamais penser qu'une autre personne a déjà alerté les secours. Garder son calme, être bref et précis :
- Décrire l'emplacement exact de l'accident, si cela est possible : nom de la route, sens dans lequel s'est produit l'accident ... (se référer aux panneaux, bornes, etc.) ;
- Mentionner le nombre, le type des véhicules accidentés et les éventuelles circonstances particulières ;
- Mentionner le nombre et l’état apparent des blessés.
Pour savoir comment contacter les secours, rendez-vous dans la rubrique Appels d’urgence.

Secourir
En attendant l'arrivée des secours, il est nécessaire d'assister les blessés sans risquer d'aggraver leur état.
- Laisser les victimes dans les véhicules, sauf en cas d'incendie ou autre risque ;
- Si la victime est inconsciente, desserrer ses vêtements, dégager ses voies respiratoires (nez et bouche) et la mettre en position latérale de sécurité ;
- En cas de besoin, réaliser un massage cardiaque ;
- En cas d'hémorragie abondante, comprimer la plaie ;
- Couvrir les victimes ;
- Parler aux blessés, les réconforter ;
- Demander aux passants de vous aider ou de s'éloigner.

Attention !
- Ne pas déplacer un blessé, sauf en cas de danger imminent (incendie, risque d’explosion, circulation dense, etc.) ;
- Ne pas retirer le casque d’une victime ;
- Ne pas lui donner ni à manger ni à boire ;
- Ne jamais enlever les vêtements d'un brûlé.

Dans le cas où la victime doit obligatoirement être déplacée, prendre certaines précautions :
- Ne pas la tirer par les membres ;
- Éviter toute torsion de sa colonne vertébrale ;
- Placer la victime en position latérale de sécurité (PLS) : allongée sur le côté avec le genou fléchi pour qu’il ne roule pas.

En cas de feu de véhicule :
- En cas de départ de feu, si possible, utiliser un extincteur pour attaquer le feu sous le moteur et par la calandre. Ne pas prendre de risque inutile en attendant l’arrivée des secours ;
- Si le feu est déjà déclaré, s’éloigner du véhicule au plus vite, après avoir mis les éventuelles victimes en sécurité ;
- Ne jamais utiliser d'eau sur un feu, cela aggraverait la situation ;
- Ne pas soulever le capot d’une voiture en feu ;
- Attention au risque d'explosion, notamment sur les véhicules GPL.

Témoins d’un accident de la route : que dit la loi ?
 

Article 223-6 du Code pénal : 
Sera puni des mêmes peines [cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende] quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours.
Texte à consulter sur : www.legifrance.gouv.fr.

Article 434-10 du Code pénal : 
Le fait, pour tout conducteur d'un véhicule ou engin terrestre, fluvial ou maritime, sachant qu'il vient de causer ou d'occasionner un accident, de ne pas s'arrêter et de tenter ainsi d'échapper à la responsabilité pénale ou civile qu'il peut avoir encourue, est puni de trois ans d'emprisonnement et de 75 000 € d'amende.
Texte à consulter sur : www.legifrance.gouv.fr.

Piétons et cyclistes
 

La route est un espace partagé, où tous les usagers sont soumis au respect du code de la route.
Retrouvez des conseils pour garantir votre sécurité et celle des autres usagers sur le site de la Police nationale :

LE SAVIEZ-VOUS ? 470 PIÉTONS SONT DÉCÉDÉS EN 2018.

ÊTRE PIÉTON, ÇA S’APPREND
La route est un espace collectif partagé où tous les usagers ( automobilistes, deux-roues, piétons ) sont soumis à l'obligation du respect du Code de la route. Piétons, vous êtes particulièrement vulnérables, redoublez de vigilance, la mortalité suit une saisonnalité avec un pic le plus souvent en juillet. Près d'un quart des piétons blessés dans des accidents de la route sont des enfants de 0 à 14 ans, aussi, l'apprentissage doit-il se faire dès le plus jeune âge.

LA SOLUTION
Quels sont les droits et devoirs des piétons ?
- Vous êtes prioritaire sur les conducteurs de véhicule dès l'instant où vous êtes engagé régulièrement sur un passage piéton, régulé ou non par des feux tricolores.
- Au même titre que les autres usagers, vous devez respecter les règles du Code de la route. ( En cas de non-respect, vous êtes passible d'une amende de 1ère classe )
- Vous avez l'obligation d'emprunter les passages piétons lorsqu'ils sont situés à moins de 50 mètres de vous.

Quelles sont les règles élémentaires de sécurité ?
- Lorsque vous marchez le long de la route, empruntez les trottoirs. Hors agglomération, vous devez vous tenir sur le côté gauche de la chaussée afin de faire face aux véhicules.
- Ne traversez qu'après vous être assuré de pouvoir le faire sans risque, en fonction de la visibilité, de la distance et de la vitesse des véhicules.
- A la descente d'un bus, regardez bien autour de vous, qu'il ne vous cache pas d'autres usagers de la route.
- Lorsque la traversée est réglée par des feux, attendez le feu vert pour les piétons avant de vous engager.

NE TRAVERSEZ JAMAIS EN DIAGONALE !
- L'usage des lecteurs Mp3 doit se faire à un volume permettant d'entendre les véhicules.
- L'usage du téléphone portable est une source de déconcentration pour les piétons, soyez vigilants.
- Pensez aux vélos, dans les voies à double sens cyclable : ils sont silencieux et peuvent aisément vous surprendre !
- Dès que la visibilité est insuffisante, utilisez autant que possible des vêtements clairs ou munis de bandes réfléchissantes ou fluorescentes.

Sachez par ailleurs que sont assimilées aux piétons et tenues de respecter les mêmes règles : les personnes qui déplacent à la main un cycle ou un cyclomoteur, les personnes handicapées qui se déplacent dans un fauteuil roulant.

Les personnes qui poussent un landau ou un fauteuil roulant sont aussi considérées comme des piétons et doivent rester sur le trottoir avant de traverser la chaussée.

Rappel : Deux tiers de la mortalité piétonne survient en agglomération ! En 2013, 465 piétons ont été tués et Enfants et personnes âgées sont les plus vulnérables. Piétons, soyez vigilants.

Cyclistes : conseils pour votre sécurité
 

Les beaux jours facilitent les déplacements du quotidien à bicyclette, mais ne dispensent pas les cyclistes de se montrer vigilants et respectueux du code de la route. Depuis juillet 2007 et la mise en place des services de vélo en libre-service, le nombre d'utilisateurs de vélo n'a cessé d'augmenter. Cette évolution a été confortée par l'augmentation des aménagements cyclables, la mise en œuvre des doubles sens cyclables sur les voies à sens unique des zones 30 et des zones de rencontres. Ainsi, le nombre de cyclistes victimes d'accidents corporels a logiquement progressé (629 en 2012 contre 382 en 2002). Néanmoins, la tendance depuis 2007 est relativement stable, et il convient donc aux usagers de se montrer particulièrement vigilants et respectueux.

Cyclistes, il vous est interdit de :
- Franchir les feux de signalisation lorsqu’ils sont au rouge
- Rouler sur les trottoirs
- Circuler en tenant votre téléphone portable à la main ;
- Vous faire remorquer par un autre véhicule ou de transporter une personne supplémentaire lorsque le cycle n’est pas équipé à cet effet
- Rouler à contresens sur les voies à sens unique, sauf en cas de signalisation et de marquage au sol spécifiques
- D’accrocher votre vélo au mobilier urbain en dehors des équipements spécialement destinés à cet usage

La bonne conduite à adopter :
- Même s’il n'est pas nécessaire de disposer d'un permis de conduire pour utiliser un vélo, les règles du code de la route s'appliquent aux cyclistes comme à tous les autres usagers de la voie publique. Ainsi, les cyclistes doivent-ils s'assurer qu'ils ne mettent pas en danger la sécurité des piétons à l'occasion de leurs déplacements.
- Les cyclistes doivent disposer d'une assurance pour les couvrir en cas d'accident (pour les dégâts causés à autrui ou au mobilier urbain).
- Compte tenu de leur vulnérabilité, les cyclistes doivent être visibles des autres usagers. Dès lors, les équipements obligatoires d'un cycle (feux avant et arrières, dispositifs réfléchissants, avertisseur sonore et freins en bon état) apparaissent bien comme indispensables à la sécurité de son utilisateur.
- Les ports d’un casque, de chaussures fermées et de gants sont vivement recommandés compte tenu de votre vulnérabilité en cas de chute ou de collision, notamment pour un usage sportif.
- Signalez à l'aide de votre bras tout changement de direction
- Empruntez les pistes ou bandes cyclables, en prenant garde aux piétons pouvant surgir entre deux véhicules stationnés.

Attention à l'angle mort
L’angle mort des véhicules de grand gabarit (poids-lourds, autobus, autocars de tourisme) est à l’origine d’un grand nombre d’accidents. De nombreuses actions de prévention sont organisées dans les départements français en direction des plus jeunes, en collaboration avec les établissements d’enseignement primaire. Sur des pistes d’éducation routière, les enfants effectuent l'apprentissage des règles du code de la route. Mais les cyclistes adultes ne sont pas en reste, puisque des actions d'information sont mises en place, notamment par la ville de Paris  , au cours desquelles des équipements de visibilité sont distribués aux cyclistes. 

Munis de ces équipements et de quelques précieux conseils, vous êtes prêts à profiter des beaux jours à bicyclette en toute sécurité !

Les risques routiers : Avec sauve qui peut !
Télécharger